500 rue Francis Perrin
  45770 SARAN
  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Accueil
 
Campagne de mesures "Vannes ouvertes"

 de la DDT : la confirmation !



Cette fois, les prescriptions de la DDT ont été suivies à la lettre : ouverture progressive des vannes en période de forte précipitation.

Une conclusion objective incontestable s'impose : aucun prélèvement n’a permis de constater le transport substantiel des Matières En Suspension (i.e. MES) provenant du Dhuy et encore moins l’extraction naturelle de la vase en place.  


7 janvier, premier prélèvement 3,30mg/l, qui affiche des valeurs quasiment égales en entrée et en sortie, correspond à de l’eau claire, pratiquement exempte de matière en suspension. Idem pour les prélèvements suivants, sauf le 10 janvier marqué par une petite pluie et un dépôt plus conséquent.

6 février, nouveau prélèvement, les précipitations lavent les terrains et apportent des masses de matières en suspension, un record étant atteint avec l’évaluation d’un dépôt minimum de 6 tonnes dans le Loiret pour cette seule journée.

13 février, 20 février, 27 février, 5 mars, ces 4 derniers prélèvements font ressortir un taux plus élevé de MES à Saint Samson ; ils doivent cependant être relativisés car cette hausse s'explique par les importants apports pluviaux arrivés directement dans le bassin et non par l'apport de MES en provenance du DHUY qui aurait été obtenus par l'ouverture des vannes. Ce constat est d'ailleurs conforté pour 2 d’entre eux par le constat subséquent d'un taux de MES plus important en aval à Saint Santin.

Avec un seul prélèvement par semaine, c’était le choix de la DDT, il est difficile d’extrapoler les résultats. Avec cette réserve, si chaque valeur est rapportée à la semaine (calcul simpliste, mais qui donne un ordre de grandeur), l'apport du Dhuy représenterait 420 tonnes pour ces 2 mois, dont un minimum de 140 tonnes déposées dans le Loiret !

Enfin rappelons que seules les matières en suspension ont été mesurées, ce qui n’est pas le cas pour les sédiments plus denses comme les sables. C'est regrettable car il aurait alors pu être constaté que le transport de ces sédiments est quasi nul compte tenu des faibles vitesses mesurées.

Il ne faut pas en rester là. Maintenant que l'inefficacité de l'ouverture des vannes est objectivement démontrée, il est temps de réfléchir à un projet sérieux de gestion des sédiments du Loiret. Nous sommes à la disposition de tous les acteurs pour nous impliquer dans ce nouveau chapitre.